Déjà très impactées par l’action des Gilets jaunes, les entreprises se voient encore demander de faire des efforts. En seront-elles capables ? Autre question que l’on peut alors se poser : est-ce que notre président n’en demande pas trop aux entreprises françaises ?

Ce que les entreprises vont devoir payer ?

Ces annonces vont coûter, selon les premières estimations, environ 10 milliards d’euros. Notre gouvernement va devoir trouver comment récupérer ou économiser cette somme avant le 31 décembre 2018 afin de boucler le budget 2019. Les premières à être mises à contribution pour trouver cette somme sont sans surprise les entreprises.

Gèle des baisses des charges et crédit d’impôts des entreprises

Pour 2019, de nombreuses annonces avaient réjoui les entreprises, baisses des charges, maintient du CICE… La crise des gilets jaunes vient assombrir un peu 2019 pour les entreprises. En effet, ces 2 dispositifs qui devaient offrir 20 Milliards d’économies pour les entreprises françaises se voient rabotés de 3  milliards d’euros. Cette somme permettra de financer en partie les 10 que vont coûter les annonces du président.

Cette annonce intervient alors que les entreprises avaient reçu une communication de l’Etat les rassurant quant-au le maintient de ces dispositif.

Prime exceptionnelle défiscalisée

Afin de contenter les gilets jaunes et redonner du pouvoir d’achat aux français, le gouvernement fait reposer cet effort sur les entreprises. Cette mesure ne rapportera rien à l’État mais lui coûtera rien également. Car entièrement net d’impôts et de charges, cependant cela reste un effort demandé aux entreprises.  Prenons l’exemple d’une entreprise qui compte 100 salariés, et qui décide de leur attribuer une prime de 500€. Elle devra sortir 50 000€. Ce qui n’est pas rien.

Le SMIC augmente mais pour les autres salariés ?

Les salariés qui touchent le SMIC vont voir leur pouvoir d’achat revu à la hausse. Très bien, cependant les salariés qui était juste au dessus du SMIC et payaient donc quelques impôts vont se sentir lésés et donc éventuellement demander une augmentation. Cette mesure risque donc de demander une fois de plus un effort aux entreprises.

Macron en perte de popularité

Malgré ces annonces et une accalmie du mouvement des gilets jaunes avec « seulement » 66000 manifestants ce Samedi 15 décembre 2018 à travers toute la France, la notoriété de notre président est au plus bas. En effet, d’après un sondage IFOP pour le JDD, seulement 23 % des français se disent satisfaits de notre président, soit  un recule de 2 points. La cote de popularité de notre premier ministre est également en baisse et atteint 31% de satisfaits.

La crise des gilets jaunes et la gestion de celle-ci par nos dirigeants sont certainement les premières raisons de cette baisse. Cependant les entrepreneurs qui se voient une nouvelle voit mis à contribution et qui étaient, pour une bonne part, des électeurs et des soutiens du président Français commencent peut-être à perdre un peu confiance en notre chef d’État. Ils participent certainement donc à cette baisse de popularité.

Qu’est ce que promet Macron aux Français?

Emmanuel Macron a pris la parole le 10 décembre 2018 sur TF1. Le but de cette intervention était d’apporter des réponses aux français et de proposer des solutions afin de sortir de la crise des gilets jaunes.

Augmentation du SMIC

100 € de plus par mois pour les salariés qui touchent le SMIC. L’augmentation du salaire minimum était l’une des principales demandes des gilets jaunes. Notre président a annoncé que cette mesure ne coûterait rien aux entreprises. Cependant, certains économistes sont septiques car une augmentation du pouvoir d’achat des salariés les plus modestes va forcément avoir un impact direct ou indirect sur le budget des entreprises.

Une prime de fin d’année dans les entreprises

Notre président a confirmé également que les entreprises qui le souhaitent et en sont en capacité pourront verser une prime de fin d’année à leurs employés. Cette prime sera facultative, d’un montant maximum de 1000€ et bénéficiera d’une exonération totale de charge (CSG et CRDS incluses) et net d’impôt. Les entreprises auront jusqu’au 31 mars pour verser cette prime à leurs salariés.

Pas de hausse de CSG en dessous de 2000 € de retraite

Cette mesure était certainement la plus grosse surprise parmi les annonce du chef de l’État. Notre président a annoncé l’annulation de la hausse de la CSG pour les retraités qui touchent moins de 2000€ de pension de retraite. Ce coup de pouce sera appliqué dès le début de l’année 2019.

Les heures supplémentaires défiscalisées

Le gouvernement français avait annoncé le retour des heures supplémentaires désocialisées pour le 1er septembre 2019. Afin de calmer les gilets jaunes, Emmanuel Macron a pris le parti d’avancer cette échéance au 1er janvier prochain.