Quels sont les différents styles de management pour gérer une équipe ?

La direction d’une équipe est souvent assurée par un leader communément appelé manager. Ce dernier doit s’outiller d’un ensemble de techniques et de connaissances afin de conduire l’équipe vers l’atteinte des objectifs fixés.

Mais diriger une équipe n’est pas toujours chose aisée. Le manager doit trouver un certain équilibre afin que chaque membre de l’équipe puisse mettre pleinement à profit ses compétences.

Pour cela, il doit trouver le style de management qui correspond à sa personnalité ainsi qu’à la dynamique de l’équipe. Retrouvez dans ce contenu les différents styles de management pour manager une équipe.

 

Le management directif

TeamAussi connu sous la dénomination de management autoritaire, le management directif est un type de management qui confère tout pouvoir au manager. Utilisé à bon escient, ce style de management permet de structurer et d’assurer le bon fonctionnement de l’équipe.

En effet, l’attitude du manager étant centrée sur les résultats, il privilégie peu, voire pas du tout le relationnel. Il a donc tendance à diriger strictement son équipe en dictant ses règles et en fixant des objectifs clairs et précis pour atteindre les résultats escomptés.

Au sein de ce style de management, la communication est descendante. Le manager donne très peu d’explications sur les motivations de ses directives. Ses collaborateurs n’ont pas leur mot à dire et doivent juste se contenter d’exécuter les tâches qui leur ont été confiées.

En fonction des résultats obtenus, des sanctions ou des récompenses seront attribuées aux membres de l’équipe.

Le management directif est très efficace dans la prise en charge de jeunes novices au sein d’une équipe. Le manager prenant sur lui la responsabilité de la structuration de toutes les activités, ces derniers subissent moins de stress. Ce type de management est aussi indispensable pour répondre à des situations d’urgence.

Le manager directif doit posséder certaines qualités indispensables à la bonne tenue de son rôle, notamment :

  • avoir une autorité et un charisme naturel ;
  • être un expert dans son domaine d’intervention ;
  • avoir une bonne maîtrise du fonctionnement de son équipe ;
  • avoir un bon sens de l’organisation ;
  • être capable de prendre des décisions fermes ;
  • être doté d’une forte capacité d’autocritique ;
  • avoir l’esprit de synthèse.

Les résultats donnés par le management directif sont probants, entre autres une productivité accrue ainsi qu’une prise de décision rapide. Mais la médaille a un revers et pas des moindres.

Le management directif est le type de management qui génère le plus de mal être au travail. Les membres de l’équipe, n’ayant pas d’autonomie et ne pouvant laisser leur créativité s’exprimer, voient leur estime d’eux-mêmes baissée. Ils développent également des difficultés relationnelles, ce qui peut donner naissance à des conflits. Certains peuvent même perdre leur motivation.

Quant au manager, sous le coup du stress et de la pression, il peut devenir moins efficace et professionnel. De même, l’absence de prise en compte des avis des membres de son équipe peut le conduire à prendre de mauvaises décisions.

L’application de ce style de management nécessite donc la mise en place de certaines mesures et procédures afin de cadrer le travail et le fonctionnement de l’équipe.

 

 
 

Le management persuasif

Tout comme le premier, le management persuasif est lui aussi axé sur les résultats. Mais, à l’inverse du management directif, le manager garde ici son côté humain, car il base son style de management sur la communication et l’organisation. On peut dire qu’il s’agit d’un type de management paternaliste.

En effet, le manager utilise son pouvoir de persuasion ainsi que son leadership pour mobiliser, guider et amener son équipe à se dépasser pour obtenir des résultats optimaux. Il explique ses décisions et essaie de convaincre tout le monde du bien fondé de ses actions. Il reste ouvert et à l’écoute de son équipe tout en conservant le dernier mot sur les prises de décisions.

Le management persuasif est un type de management qui induit un sentiment d’appartenance et une certaine loyauté au sein de l’équipe. De ce fait, on dénote au sein de l’équipe une cohésion harmonieuse. De plus, grâce à ce style de management, les conflits sont moins nombreux et plus faciles à appréhender dans l’équipe.

Le manager persuasif doit posséder les qualités suivantes :

  • être charismatique ;
  • être doté d’une forte capacité de persuasion afin de défendre ses idées ;
  • être à l’écoute des membres de son équipe ;
  • être en mesure de cerner la personnalité des membres de son équipe pour adapter son mode de communication ;
  • avoir un sens de l’organisation irréprochable ;
  • mettre en place un système hiérarchique pour éviter l’anarchie.

Le management persuasif est différent du management directif, car il est relativement plus souple. Néanmoins, il reste relativement fermé et s’avère assez compliqué à mettre en place.

 

Le management délégatif

Le management délégatif, aussi connu sous la dénomination de management consultatif, est à l’exact opposé des deux premiers. Ici, le manager ne se base pas sur les résultats et encore moins sur le relationnel.

Le management délégatif est essentiellement basé sur l’autonomie, la solidarité et la créativité de l’équipe. Le manager préfère rester en retrait et pousser les membres de l’équipe à plus s’impliquer dans l’atteinte des objectifs en les responsabilisant. Il encourage les initiatives, répond aux sollicitations, mais laisse le pouvoir décisionnaire à l’équipe.

tradingDans ce style de management, le manager n’hésite pas à déléguer les tâches en cas de besoin afin de maximiser l’efficacité et la productivité de son équipe.

Ce type de management convient particulièrement aux personnes expérimentées qui n’attendent pas de recevoir des directives avant d’avancer. La confiance que leur accorde leur supérieur les pousse à prendre leur rôle très au sérieux et est aussi une source de motivation suffisante.

Le manager délégatif doit posséder les qualités suivantes :

  • savoir responsabiliser son équipe et inciter les membres à prendre des initiatives ;
  • savoir déléguer et mettre en place un système de contrôle des tâches confiées ;
  • être doté d’un excellent sens communicationnel ;
  • avoir confiance en son équipe ;
  • avoir des échanges courts, mais qualitatifs avec son équipe.

Même s’il semble plus bénéfique que tous les types de management, il a tout de même des limites. D’une part, on peut relever une pression trop élevée chez les membres de l’équipe qui veulent à tout prix se montrer à la hauteur de la confiance qui leur a été accordée. Ce qui peut occasionner chez eux des dérèglements psychosociaux.

D’autre part, ce type de management peut provoquer une désorganisation de la hiérarchie et un effacement du manager.

 

Le management participatif

Le management participatif est à la fois basé sur le relationnel et les résultats. Il est de loin le plus ouvert et le plus humain des styles managériaux appliqués jusqu’à présent.

En effet, dans ce type de management, le manager se place sur le même pied d’égalité que les membres de son équipe. Ils sont fortement impliqués dans les prises de décision et l’information circule de façon équitable entre tous.

Les valeurs que prône ce style de management sont le soutien, l’écoute et l’accompagnement. Ce qui a pour avantage de :

  • motiver les troupes ;
  • développer le sens du travail chez les membres de l’équipe ;
  • responsabiliser et autonomiser l’équipe ;
  • mettre en valeur les talents de chacun…

Le manager participatif doit :

  • savoir mobiliser son équipe autour d’un objectif commun ;
  • savoir déléguer et faire confiance à son équipe ;
  • solliciter l’avis de l’équipe afin de prendre les décisions qui s’imposent ;
  • pousser chacun à améliorer ses compétences et à en acquérir d’autres.

Le management participatif a, lui aussi, ses limites. Il est facile d’observer une certaine désorganisation ou anarchie si le manager n’est pas suffisamment formé pour assurer la direction de ce type de management.

Par ailleurs, en situation de crise ou d’urgence, les prises de décisions peuvent être ralenties du fait de la prise en compte des avis des divers acteurs.

 

Vous pouvez donc voir au travers de ces différentes formes de management qu’être un bon patron ou manager n’est pas si compliqué. Il va vous falloir utiliser la méthode qui correspond le mieux à votre personnalité et à votre équipe. Ceci vous permettra de gérer au mieux vos ressources humaines.

 

Pour aller plus loin :

L'auteur : Frédéric COURTOIS
L'auteur : Frédéric COURTOIS

En tant que fondateur de Madeinentreprise.fr, je me suis spécialisé en création d'entreprise et en Web Marketing. Mon expérience et mon besoin de me former, de m'informer et de rester perpétuellement en veille me permettent de vous proposer des contenus toujours plus pertinents. Je partage avec vous mon savoir au travers de formations, d'articles de blog, de livres blancs et d'outils pour vous aider à créer ou gérer votre entreprise le plus sereinement possible. N'hésitez pas à me poser des questions via les commentaires ou le formulaire de contact, j'y répondrai.

Bonne visite sur Made-in-entreprise.fr

Ces articles peuvent également vous intéresser

Restez informé

Inscrivez-vous et recevez de l'information régulièrement sur la formation et l'entrepreneuriat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez informé
Inscrivez-vous à la newsletter de l'entrepreneur !