On entend souvent cette affirmation :  » Les jeunes sont défaitistes quant à leur avenir !  » Ce serait mal les connaitre !

Là où la morosité s’installe, ils sont de plus en plus nombreux à se sentir prêts à relever de nouveaux défis afin de faire mentir les chiffres du chômage, quitte à bousculer les codes. Ainsi, une enquête démontre que plus de 35% des jeunes de plus de 18 ans pensent créer leur entreprise. 59 % des moins de 35 ans l’envisagent. Des chiffres en constante hausse depuis que le phénomène des jeunes créateurs a été identifié en 1999.

Quelles sont les raisons qui poussent un jeune à vouloir se tourner vers la création d’entreprise ?

Les raisons sont multiples. L’une des principales reste que du fait de leur jeunesse et donc manque d’expérience, les employeurs se tournent souvent vers des candidats plus expérimentés. De plus même après de longues études, les salaires proposés ne sont pas à la hauteur de leurs compétences ou de leurs attentes. Face à ces difficultés, les jeunes trouvent de plus en plus une alternative en créant leur activité.

Les membres de cette  nouvelle génération, plus confiants en eux, ont pour certains développé une certaine aversion pour l’autorité. Ceci les pousse à devenir leur propre patron pour gagner en liberté et en autonomie.

Beaucoup d’écoles d’enseignement supérieur encouragent ce type d’initiative et aident les étudiants à développer ce potentiel entrepreneurial. Dans le cadre des études, le montage d’un dossier de création fictif est élaboré par les étudiants, pour en démontrer les points faibles et la faisabilité. Le statut d’étudiant entrepreneur permet également à chaque étudiant, titulaire du bac, d’exercer son activité en plus de son cursus d’études et ainsi allier la théorie à la pratique.

Les particularités de entrepreneuriat chez les jeunes

Certains domaines sont privilégiés par ces jeunes entrepreneurs. L’engouement suscité par la French Tech, notamment, pousse les français à développer des talents autour du numérique, mais pas seulement, en fonction de leurs études, de leur histoire de vie ou de leurs talents propres.

Les aides pour aider les jeunes créateurs

Qui n’a jamais entendu un chef d’entreprise se plaindre des charges et des coûts fonctionnement élevés de son entreprise ? De quoi éteindre les envies de beaucoup qui voudraient se lancer dans l’aventure de l’entreprise. Pourtant, de nombreuses aides existent et surtout pour les jeunes entrepreneurs.

Il y a notamment l’« ACCRE », l’aide la plus connue et utilisée, qui permet de limiter les charges en début d’activité. On peut citer aussi le « Cap-Jeune », pour les moins de 26 ans qui permet d’avoir un accompagnement personnalisé et une aide au démarrage de 2 000 euros. « CréaJeunes » qui est devenu « Je deviens Entrepreneur » pour les personnes entre 18 et 32 ans avec des ateliers en petits groupes pour accompagner le projet de création, l’octroi d’un tuteur et la possibilité de souscrire un micro-crédit et un prêt d’honneur. Le dispositif propose aussi des formations afin de vous aider à réussir votre projet.

Les aides régionales peuvent également faciliter le lancement des projets des jeunes entrepreneurs, comme « Entrepreneur#Leader » en Île de France ou les divers concours.

Pour en savoir plus, mieux vaut se rapprocher de Pôle Emploi, d’une Mission Locale ou d’un organisme d’accompagnement à la création d’entreprise.
Vous pouvez également consulter notre rubrique consacrée aux aide à la création d’entreprise.

Les statuts privilégiés par les jeunes pour la création

Si l’autoentreprise est un statut que les jeunes apprécient, c’est notamment pour la simplicité de l’inscription, de la gestion et les charges réduites. Elle ne demande également aucun investissement financier, ce qui, pour une personne qui commence dans la vie, est un des avantages principaux. De plus, l’entrepreneur ne paiera des charges qu’en fonction de son chiffre d’affaires, si un trimestre son CA est de 0, il ne devra alors rien à l’URSSAF.

Consultez notre fiche micro-entreprise afin de tout savoir sur ce statut.

Le statut de jeune entreprise innovante permet aussi d’accéder à des aides. L’accès aux incubateurs d’entreprise peut également être un tremplin pour celui qui a peur de se lancer seul.

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » écrivait Pierre Corneille. Cette citation s’applique de plus en plus aux jeunes talents d’aujourd’hui qui seront peut-être les créateurs de demain.